Le monde de l'école·Mode

L’éducation nationale : code vestimentaire

Depuis le premier article de ce blog, je vous parle de la subtilité de s’habiller pour faire face aux légions d’ados face auxquelles on nous envoie, armés d’une craie et d’un stylo rouge. Mais au fait, y a-t-il un code vestimentaire établi lorsqu’on enseigne ?

Je ne pourrais pas parler pour le privé, mais dans le public la réponse est non. J’ai bien déjà vu une proviseure adjointe se faire critiquer pour ses talons trop fashion (quoique canons, mais il y avait du rose, du jaune, du transparent, et 10cm de talons, le prof moyen n’était pas près à ça), mais c’est la rançon de l’autorité. Non, le prof, lui, n’a virtuellement de compte à rendre à personne sur sa pratique pédagogique, alors vous pensez, sa façon de s’habiller, on s’en tamponne le coquillard. Ainsi, je peux témoigner que j’ai vu des hommes aller faire cours avec de grands baggys et des t-shirts que même les élèves n’osaient plus porter tellement ils faisaient gamins, pour ne citer qu’un exemple.

Face à la question de la tenue, il y a pour ainsi dire deux écoles : d’une part, ceux qui pensent qu’une autorité établie ne craint pas un style discutable ; d’autre part, ceux qui estiment que, face à la mise en question constante à laquelle le prof doit faire face, il faut présenter un extérieur le moins critiquable possible. Mon avis personnel est que les deux écoles ne sont pas incompatibles. Un enseignant ayant une position assurée face à la classe aussi bien que face aux parents d’élèves peut se permettre toutes les extravagances. Après tout, pourvu que son cours se déroule dans le calme, que lui importe de s’attirer quelques moqueries dans la cour de récré ? Un enseignant plus soucieux de son image, qui ne veut pas être pris en défaut et qui estime qu’il doit se conformer à son statut (c’est-à-dire celui de cadre), peut vouloir porter une tenue plus étudiée sans pour autant qu’on puisse lui faire la critique de camoufler des défauts derrière une apparence irréprochable.

Et moi dans tout ça ? En tant que jeune prof, dont l’autorité n’a pas toujours été sans faille, je ressens le besoin de me vieillir (ou plus exactement de paraître mon âge) face aux élèves. Par ailleurs, j’ai pu observer que bien loin de nous éloigner des élèves de milieux difficiles, le port d’une tenue professionnelle donnait l’impression aux élèves qu’on les prenait au sérieux, aidant ainsi à assouplir les rapports. D’où ma préférence pour un style working chic, déjà cité dans un précédent article. Par ailleurs, en tant que femme, j’estime crucial de doser le niveau de sexiness (c’est un mot si je veux) de ma tenue, toujours pour une question de crédibilité, mais aussi parce qu’avoir des élèves qui bavent sur mon décolleté ça pourrait faire désordre.

Slim Mim, top Zara, blaser H&M, bottes Rejois, sac Minelli, boucles d’oreille et bracelet Primark, montre Fossil (comment ça je porte tout le temps la même montre ?)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s